Merdrignac : 572 faits de délinquance en 2021

Ce mardi 22 février, la Communauté de Brigades (COB) de Merdrignac réalise son inspection annuelle. Bilan des effectifs, des interventions et objectifs pour 2022 sont présentés devant les élus des communes concernées.

Le nombre d’interventions par commune en 2021.

« La délinquance globale (crimes et délit) a diminué de 24 % par rapport à l’année dernière. Je suis persuadé que cette baisse est en rapport avec les interventions de 2020, notamment sur Le Mené. » Le bilan de cette année est plutôt positif pour le major Thierry Rouault, commandant de la COB de Merdrignac. Toutes les formes de délinquance ont en effet connu une baisse en un an. Les atteintes aux biens sont passés de 319 à 212 et les atteintes volontaires à l’intégrité physique de 188 à 132 sur les vingt-quatre communes de la COB.

Le taux de résolution est également « plutôt honorable » d’après Yannick Bellier, commandant la compagnie de Saint-Brieuc. 67,48 % de taux d’élucidation en 2021, soit presque 7 points de plus qu’en 2020.

La COB est notamment mobilisée sur les trafics de stupéfiants : « Cette année encore nous avons effectué trois grosses interventions », souligne le major Rouault. « Nous avons mis hors d’état de nuire des individus qui baignaient dans la délinquance », poursuit-il.

Baisse des accidents

Dans certaines communes, comme Plémet ou Merdrignac, le nombre de cambriolages a augmenté. « C’est sur ce point-là que nous devons recentrer nos efforts pour l’année à venir » détaille le major Rouault. Malgré cela, globalement, le nombre d’atteintes volontaires à l’intégrité physique et le nombre d’atteintes aux biens ont diminué sur presque toutes les communes concernées. Le Mené, « de par sa zone élargie » selon le major, est le secteur qui nécessite le plus d’intervention (298). Merdrignac compte 182 interventions et Plémet 169. Le délai moyen d’intervention de la COB est de 16 minutes en 2021.

Sur les routes, le nombre d’accidents (sans compter ceux uniquement matériels) est en baisse, passant de 11 à 5 en un an dans le secteur. « Il n’y a pas eu d’accident mortel cette année, contrairement à l’année dernière où il y avait eu deux morts. On espère que cela va se maintenir en 2022. » Concernant les infractions, « le bilan se maintient » avec 449 infractions relevées cette année. Cependant, le major Rouault souligne qu’il y a « une différence notable en terme de conduite sous l’influence de stupéfiants, un chiffre qui double, passant de 8 à 15 cas relevés.»

Manque d’effectif

Le bilan de cette année est d’autant plus positif que la COB est en manque d’effectif : « C’est un point noir. Nous attendons beaucoup de gradés d’encadrement. De jeunes militaires ont été affectés et c’est bien mais nous avons besoin de gradés pour compléter l’effectif », explique le commandant de compagnie Yannick Bellier.

Le major Rouault confirme que « des départs ne sont pas comblés ». En effet, sept sont recensés pour l’instant et « ce n’est pas terminé car d’autres sont annoncés ». Et seulement cinq gendarmes sont arrivés, sachant qu’aujourd’hui « il est demandé à un gendarme d’être présent sur le terrain, malgré la charge pénale qui ne diminue pas » explique le commandant Bellier. Cependant, il précise que « la COB continue de fonctionner, avec quelques fois un appui de Loudéac ».

De nouveaux moyens

La CLAP (Cellule de Lutte contre les Atteintes aux Personnes) est en expérimentation dans la COB depuis septembre 2021. Elle a pour but de « mieux lutter contre les violences faites aux femmes (notamment les violences sexuelles), un vrai fléau qui malheureusement ne diminue pas », regrette le major Rouault. Une intervenante sociale de gendarmerie, Alexandra Damour, est également « une nouvelle aide précieuse » dans la lutte contre les violences intrafamiliales. Elle propose des mesures d’accompagnement pour les victimes. La gendarme Gaëlle Schneider, ayant réussi son examen de négociatrice de crise, agit quant à elle sur toute la région Bretagne. Elle réalise également des formations à la gestion des altercations et incivilités pour les élus du territoire.

Le nouveau policier municipal de Le Mené, Laurentiu Dumitru, travaille de concert avec la gendarmerie. « On échange beaucoup et on réalise des opérations communes, notamment pour la police de route. C’est très appréciable » souligne le major Rouault.

Autre changement : la redirection du numéro à dix chiffres des brigades de gendarmerie vers Saint-Brieuc qui transmet ensuite l’appel ou l’information à la brigade concernée. « C’est une expérimentation qui existe depuis quelques semaines dans les Côtes d’Armor. Elle permettra de soulager le chargé d’accueil et de lui permettre d’être présent en accueil physique » détaille le commandant Bellier.

Election présidentielle

Une des priorités pour l’année à venir est l’élection présidentielle. Dans ce cadre, la gendarmerie ne constate pas encore d’affluence pour les procurations mais s’attend à de nombreuses demandes très bientôt. Le major Rouault précise que ces demandes de procuration peuvent désormais se faire en ligne et que « le numéro de carte d’électeur est nécessaire ».

La gendarmerie a également mis de nombreux outils en place pour accompagner au mieux les élus dans cette période d’élection, « dans un contexte un peu particulier où les gens ont recours à la violence des mots et des actes » précise le commandant Bellier. Il fait notamment référence aux élus menacés récemment pour leur soutien envers un candidat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.