Merdrignac: Des pulls contre le harcèlement scolaire

Posté dans : Article à la une 0

Angelina Relva de Castilho et Alice Auvray, deux étudiantes en BTS technico-commercial en alternance au CFA du Mené, ont lancé un projet inédit pour une bonne cause : une vente de pulls pour lutter contre le harcèlement scolaire.

« On sait que le harcèlement ne s’arrêtera pas du jour au lendemain mais si on peut faire passer un message à notre niveau, on veut apporter notre pierre à l’édifice. » Angelina et Alice ont voulu porter une cause pour le projet global requis dans le cadre de leur diplôme. Le but est de créer une entreprise dans tous les aspects que cela implique.

Anciennes victimes de harcèlement, elles imaginent l’idée d’un pull « symbole de l’appartenance au lycée du Mené mais qui pourrait aussi avoir un aspect personnel ». Ainsi, elles proposent une alternative aux vêtements déjà proposés par leur lycée « avec le nom de la ville écrit en grand dans le dos, c’est assez difficile à porter ». Angelina et Alice souhaitaient plutôt créer un pull que les élèves pourraient porter même en dehors de l’enceinte de l’établissement.

Intégration et originalité

Pour trouver un logo qui engloberait tous les aspects de l’établissement, les deux jeunes femmes ont organisé un concours de dessin. Celui retenu vient d’une élève en baccalauréat Aménagement Paysager. « Nous avons été vraiment été impressionnées par la qualité du dessin, il sera sur le cœur du pull ». En plus de ce dessin, les élèves pourront ajouter leur nom, prénom ou surnom dans le dos en flockage. Cela permet « de créer un sentiment d’appartenance tout en gardant l’individualité de la personne ».

Pour faire la promotion de leurs pulls, Angelina et Alice ont dû surmonter quelques appréhensions. « En tant qu’anciennes victimes de harcèlement on avait peur de se présenter à l’improviste et de parler devant toute une classe mais au final après l’avoir fait toute une journée, c’était plus facile. » La communication s’est également opérée par le bouche à oreille.

Premières commandes

Ce projet a permis aux deux jeunes filles de « s’imposer un rythme malgré les contraintes de temps de l’alternance. On a essayé de travailler vite et en coopération. » Le projet débuté en septembre voit déjà ses premières commandes auprès du fournisseur, Fruit of the loom.

Les pulls sont en vente au prix de trente euros. « Mais en vérité nous ne faisons que cinq euros de bénéfice. » Ceux-ci seront reversés en partie à des associations contre le harcèlement ou la maltraitance animale. L’autre partie financera le voyage de classe.

Angelina et Alice souhaitent reverser les bénéfices de la vente des pulls à des associations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *