L’influence de la lune n’est pas une légende

Posté dans : Article à la une 0

Avant l’ère de l’industrialisation et de la mécanisation agricole, les anciens vivaient au quotidien avec les astres. Le cycle de la vie était calqué sur celui du Soleil et la Lune, les travaux agricoles aussi. C’était le bon sens paysan. Ce rythme naturel s’est étiolé au profit de la technologie et de la modernité. La pandémie de Covid 19 bouscule aujourd’hui ce schéma, l’envie et le besoin de renouer avec la nature sont réels. Grâce à l’héritage des ancêtres, il est tout à fait possible de se (re)connecter aux cycles de la Lune pour en tirer bénéfice. C’est ce qu’explique Michel Gros dans le Calendrier Lunaire, une parution qui existe depuis 1978.

Que connaissons-nous de la Lune si ce n’est que c’est l’unique satellite de la Terre et qu’elle influence les marées par sa force d’attraction ? Les récits  sur la Lune font aussi partie de l’imaginaire depuis la nuit des temps sans qu’on sache exactement où se trouve la vérité. Il est un homme, Michel Gros, jardinier bio, qui étudie à la loupe et pratique la Lune depuis des décennies. Issu du monde paysan, c’est grâce à la transmission paternelle qu’il s’intéresse très jeune aux connaissances des anciens qui tenaient compte des influences lunaires pour cultiver la terre. Dans son jardin, une partie a été transformée en un vaste lieu de recherche dédié aux essais pour le Calendrier Lunaire, auquel il collabore. « Dans ce monde en mouvement perpétuel, la nature est souvent négligée… Les abeilles sont de moins en moins nombreuses, la pollution des sols est de plus en plus présente, les enjeux climatiques se font chaque jour ressentir d’avantage… Tout cela nous rappelle que nous vivons dans un univers fragile où chacune de nos actions a une répercussion sur l’environnement.  Jardiner et vivre avec la Lune est un moyen simple et naturel d’optimiser nos récoltes et d’améliorer notre façon de vivre tout en respectant notre environnement » explique-t-il en fin connaisseur de la Lune.

Qu’elle soit nouvelle (invisible) ou pleine (visible), au premier ou au dernier quartier, montante ou descendante, les différentes phases de la Lune ont un impact plus ou moins ressenti par les personnes, en fonction de leur sensibilité. « Vivre avec la Lune c’est un peu comme se laisser porter par le courant. La question de l’efficacité alliée à une pratique naturelle est la raison prépondérante quant au choix d’accorder son quotidien aux rythmes lunaires » poursuit Michel Gros.

Une influence sur le sommeil mais pas que

Un cycle lunaire complet correspond à une période de 29 jours, 12 heures et 44 minutes. Pendant ce laps de temps, la lune observe deux phases : une croissante (nouvelle Lune premier croissant premier quartier et Lune gibbeuse croissante) et une décroissante (pleine Lune, Lune gibbeuse décroissante, dernier quartier et dernier croissant). « Ces phases jouent sur la vitalité, qui est accrue en lune croissante, et moindre en lune décroissante. »

De la pleine Lune à la nouvelle Lune, la luminosité diminue de jour en jour. A la pleine lune,  la Lune est alors à l’opposé du Soleil par rapport à la Terre. Chaque étape du cycle a un retentissement dans des domaines très variés. Michel Gros l’expérimente depuis longtemps sur le jardinage, mais aussi sur l’agriculture, les animaux, le bois et même les soins apportés au corps.

L’exemple le plus connu est la perturbation du sommeil chez certaines personnes au moment de la pleine lune. En 2013, une étude réalisée par des chercheurs suisses et publiée dans la revue « Current Biology » a prouvé qu’il existait une baisse de 30 % du sommeil profond. La raison est liée à une diminution du taux de mélatonine au moment de la pleine lune. « La vitalité et l’excitabilité sont donc plus importantes au moment de la pleine lune, on le remarque d’ailleurs facilement chez les enfants. »

Presque un siècle auparavant, en 1924, Rudolf Steiner (1861-1925) évoquait déjà l’influence de la Lune mais aussi des constellations. Le fondateur de la culture biodynamique (sans intrant de synthèse) a montré que chaque constellation agissait de manière indirecte sur les plantes et plus précisément sur une des quatre parties qui les différencient : fleurs, feuilles, fruits et racines. Les constellations permettent ainsi de savoir quelle plante est concernée durant la période de telle ou telle constellation.

La somme de recherches et d’expérimentations permet à Michel Gros, tout comme à Steiner en son temps, non pas d’affirmer que la Lune est une science exacte, mais de constater qu’elle agit de façon différente au rythme de ses phases.

Le jardin

Au jardin, en lune croissante (imaginer un trait qui se colle au croissant de Lune pouvant former un « p »), notre expert constate que les plantes transmettent plus de vitalité à ceux qui les consomment, il y a plus de champignons, le compost s’échauffe davantage et les purins de plantes réalisés à ce moment sont de meilleure qualité.

La lune décroissante (le trait collé au croissant forme un « d ») favorise quant à elle couleurs, odeurs et saveurs, c’est la période idéale pour les conserves et les confitures.

En lune montante, l’activité se fait dans la partie aérienne de la plante, les liquides montent plus facilement, c’est une période pour greffer et récolter les fruits juteux, prélever de la sève de bouleau, aérer le gazon…

A contrario, en lune descendante, les liquides descendent et l’activité se fait dans le sol et les racines, c’est le moment de tailler, repiquer, rempoter, labourer, épandre le compost, tondre le gazon et couper le bois.

Deux périodes par mois nommées les nœuds lunaires (alignement de la Terre, du Soleil et de la Lune) sont particulièrement défavorables au jardinage.

Le bois

Le bois est vivant, la meilleure saison pour le couper est à la lune descendante, entre la chute des feuilles et le solstice d’hiver (21 décembre prochain) et en évitant la nouvelle lune car il brûlera moins facilement. Le bois sèche mieux s’il est entassé en lune descendante, entre le premier et le dernier quartier. Et si vous voulez que votre sapin de Noël conserve longtemps ses aiguilles, il faudra qu’il soit coupé en lune montante et croissante.

Initié par son père, Michel Gros expérimente et met en pratique la Lune dans divers domaines. © Calendrier lunaire.
Initié par son père, Michel Gros expérimente et met en pratique la Lune dans divers domaines. © Calendrier lunaire.

Les animaux

Les animaux sont réceptifs aux influences lunaires qui agissent sur leur développement et leur comportement. Il y a des jours plus propices que d’autres pour certaines tâches. « Par exemple, pour une meilleure efficacité, il est conseillé de nettoyer les étables avant la pleine lune, et de les désinfecter après la pleine lune. Les traitements contre les vers sont plus efficaces avant la nouvelle lune ou à la rigueur deux à trois jours avant la pleine lune. » Que cela soit pour la première sortie des animaux, déplacer ou rentrer le bétail, des dates sont également plus favorables que d’autres.

Soins du corps

Aussi curieux que cela puisse paraître, le Calendrier lunaire conseille de couper les cheveux à des dates précises afin qu’ils soient plus épais et plus solides et que leur chute soit ralentie. Le 2 janvier prochain sera un jour faste pour s’affairer à cette tâche, y compris pour donner forme à la toute première coupe de cheveux de bébé. Même chose pour l’épilation. Ce même jour, la repousse des poils sera ralentie et d’une façon générale, la phase décroissante est idéale pour cet acte.  C’est en outre une date favorable à la pose d’implants dentaires et de couronnes contrairement aux 7, 9 et 10 janvier. Et pour avoir de beaux ongles et limiter le risque d’incarnation, il sera préférable d’attendre le 11 en après-midi et le 12 janvier.

D’ici là, la prochaine pleine lune (la 13ème de l’année), dite Lune bleue, aura lieu le samedi 31 octobre, jour d’Halloween et veille de la Toussaint. Cela fait 19 ans que cela ne s’était pas produit. Ce sera également la deuxième pleine lune du mois, là encore un fait rare qui ne se produit que tous les deux ou trois ans. Alors, serez-vous particulièrement sensible aux influences lunaires ce jour-là ?