Le déconfinement progressif aura bien lieu le 11 mai

Posté dans : Article à la une 0

Le pays, a l’arrêt depuis le 15 mars dernier pour cause de pandémie de COVID 19, va retrouver un peu de souffle ce lundi 11 mai. Le déconfinement progressif aura bien lieu. Edouard Philippe, premier ministre, vient de le confirmer face caméra ce jeudi après-midi 7 mai, en présence de l’exécutif : Olivier Véran (santé), Jean-Michel Blanquer (éducation nationale), Elisabeth Borne (transports), Christophe Castaner (intérieur) et Bruno Le Maire (économie).

Edouard Philippe a donc détaillé le plan de déconfinement, lequel s’appuie sur le travail de Jean Castex, haut fonctionnaire de l’Etat. « Son rapport définitif a été validé ce matin, il est fondé sur la stratégie présentée le 28 avril dernier à l’Assemblée nationale. » La levée progressive du confinement s’appuie sur un processus qui durera plusieurs semaines. « Il faut tenir un équilibre, c’est un chemin de crête. »

 

Une France coupée en deux

La nouvelle carte présentée ce jour n’affiche plus que deux couleurs : le vert et le rouge. « Certains départements ont des résultats moins bons qu’espérés. »

Dans les régions où l’épidémie reste sévère : Hauts de France, Grand Est, Ile de France et Bourgogne Franche Comté, les départements sont en rouge. Mayotte l’est également. Ce qui veut dire qu’au 11 mai, malgré le déconfinement, les collèges, parcs et jardins ne rouvriront pas. Le télétravail doit être poursuivi au maximum et « la discipline renforcée » particulièrement chez les personnes vulnérables.

Partout ailleurs, là où le vert prime comme en Bretagne, un semblant de vie normale va reprendre dès lundi. Si ces mêmes départements sont toujours en vert d’ici trois semaines, le gouvernement envisagera alors « une nouvelle étape du confinement. »

S’appuyant sur trois critères (nombre de cas sur les 7 derniers jours, les capacités hospitalières en réanimation et la possibilité de tester massivement), la carte des indicateurs est réactualisée tous les jours grâce à 700 services d’urgence chargés de faire remonter les informations.

La nouvelle carte présentée reprend la synthèse des trois indicateurs.
La nouvelle carte présentée aujourd’hui reprend la synthèse des trois indicateurs.

 

En cas de symptômes

« Ces dernières semaines, tout a été fait pour que tous les territoires soient en capacité de tester » assure Olivier Véran.

En cas de symptômes, les tests prescrits seront remboursés à 100% par l’assurance maladie. Si les résultats sont positifs, la personne malade sera sur son choix, mise à l’isolement chez elle où à l’hôtel, avec un suivi médical. Une enquête de la Sécurité sociale sera également engagée pour rechercher les cas contacts. Ces derniers seront à leur tour appelés par la Sécurité sociale ou l’Agence Régionale de Santé. « Il y aura des cellules territoriales d’appui partout » confirme le ministre de la santé.

En cas d’isolement à la maison, le malade devra rester seul dans une pièce et avoir le moins de contacts possibles avec les siens. Il lui sera possible de se fournir des masques « sans prescription médicale, remboursés à 100%. »

Un appel à reprendre « le chemin des soins » est aussi adressé aux Français.

 

Prime aux personnels des EHPAD

Il n’y aura pas d’assouplissement pour les EHPAD au 11 mai. Les visites se poursuivront donc pour l’instant dans les mêmes conditions. Olivier Véran annonce en revanche 475 millions d’euros supplémentaires, ainsi qu’une prime défiscalisée à tous les personnels quel que soit leur statut. « Cette prime sera de 1 500 € dans les 33 départements les plus touchés et de 1 000 € ailleurs. » Une autre prime serait envisagée pour les secteurs social et médico-social.

 

Les écoles et collèges

Tel le calendrier initial, les professeurs des écoles primaires feront une pré-rentrée le lundi 11 mai. Le lendemain, les grandes sections de maternelle, CP et CM2, élèves souffrant de handicap et enfants de personnel soignant reprendront les cours. Ils seront 15 par classe maximum (10 chez les plus petits).

Quatre situations seront possibles : en classe, à l’étude, en activité périscolaire ou à la maison (à plein temps ou non) avec le maintien d’un enseignement à distance.

Selon Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, « 80 à 85 % des écoles seront ouvertes la semaine prochaine. » Un million d’enfants et 130 000 professeurs sont attendus.

 

Le transport

Dès la semaine prochaine, l’offre des transports collectifs sera confortée tout en faisant en sorte d’éviter la sur fréquentation aux heures de pointe, particulièrement en Ile de France. Dans cette région, une attestation sera nécessaire pour circuler à ces heures.

Des masques, rendus obligatoires dans les transports en commun, seront fournis les premiers jours et les transports seront désinfectés au quotidien.

Les réservations deviennent obligatoires pour prendre un TGV. « Nous nous réservons une possibilité de fermer des gares  ou des stations s’il devait y avoir trop de monde » avertit Elisabeth Borne.

Des contraventions de 135 € sont prévues en cas de non port de masques et d’absence de réservation pour un TGV.

La ministre des transports encourage par ailleurs l’usage du vélo et la pratique du covoiturage pour les utilisateurs de la route.

 

Les déplacements

A partir de lundi aussi, « la liberté de circulation sera rétablie et on pourra sortir librement dans la rue, sans attestation, quel que soit le département où l’on habite » certifie Christophe Castaner, ministre de l’intérieur.

Concrètement, les déplacements sont autorisés dans une limite de 100 km de son domicile, à vol d’oiseau. Il sera également possible de faire plus de 100 km dans son département.

Au-delà des 100 kilomètres, seul un motif professionnel ou familial impérieux (décès ou aide à un proche en difficulté) permettra de se déplacer, mais avec une attestation.

Là aussi, des contrôles seront possibles dans les gares, sur les routes et destinations touristiques, avec une amende de 135 € à la clé en cas de non respect des règles. Le bon comportement des Français est toutefois souligné. « Il y a eu 6% de verbalisation depuis le début du confinement. »

 

La vie sociale

Les bibliothèques, médiathèques et petits musées peuvent rouvrir lundi contrairement aux cinémas et salles de spectacles et lieux de sport couverts qui resteront fermés.

Les rassemblements restent limités à 10 personnes jusqu’au 2 juin, et aucun événement festif et culturel de plus de 5 000 personnes n’aura lieu avant septembre prochain.

Concernant le culte, les cérémonies pourraient reprendre d’ici fin mai.

 

Les plages

En Bretagne, voilà l’annonce que tout le monde voulait entendre. « Même si la règle générale reste la fermeture, le préfet pourra autoriser l’accès aux plages et aux lacs, à la demande des maires, avec un dispositif et des aménagements suffisants pour garantir la distanciation physique » annonce Christophe Castaner.

 

Les frontières

La fermeture des frontières avec les pays non européens se poursuit jusqu’à nouvel ordre. Celles avec les pays frontaliers jusqu’au 15 juin. Une souplesse est accordée aux travailleurs saisonniers européens qui pourront circuler.

 

L’économie

Pour Bruno Le Maire, « L’économie française doit redémarrer, il faut relancer l’activité.» Ce lundi, 400 000 entreprises générant 875 000 emplois vont redémarrer. Pour les cafés, bars, hôtels et restauration, le gouvernement se positionnera fin mai. L’ouverture des surfaces commerciales de plus de 40 000 m2 ne pourra se faire sans l’accord du préfet, sauf en Île de France où elles restent portes closes.

Le ministre de l’économie affirme que l’Etat restera aux côtés des entrepreneurs, petits ou gros. « Le fonds de solidarité est maintenu jusqu’à fin mai. Les charges de mars, avril et mai sont supprimées pour les secteurs ayant été contraints à une fermeture administrative. »

Concernant la taxe sur les masques aux normes AFNOR, elle sera à 5,5% dès lundi.

 

La reprise du travail

Toutes les entreprises ont reçu un protocole sanitaire à mettre en œuvre. Parmi les mesures à prendre, il faut retenir un espace de travail de 4 m2 par salarié, établir un sens unique de circulation, aérer plusieurs fois par jour les locaux et désinfecter régulièrement les zones de contact. 54 guides métiers sur 70 au total sont en ligne sur le site du ministère du travail.

Muriel Pénicaud, ministre du travail demande aux entreprises de « recourir au télétravail au maximum et aux horaires décalés. » Elle annonce en outre la réouverture progressive à partir du 11 mai des établissements de formation et d’apprentissage.

 

Conseils municipaux et second tour

Edouard Philippe attend l’avis du conseil scientifique avant de se prononcer sur l’installation des conseils municipaux. Il y est favorable « sachant que les élections municipales sont terminées pour 30 000 communes sur les 35 000 que compte le pays. » Concernant le second tour, une décision sera prise le 23 mai au plus tard.

 

Bilan dans trois semaines

« Il nous reste 3 jours pour continuer à nous préparer au 11 mai. Notre vie ne sera pas totalement normale mais ce sera le début d’une nouvelle phase. Le déconfinement ne doit pas être le signe du relâchement et de baisse de vigilance. Dans trois semaines, nous serons où nous en sommes. Si les chiffres restent bas, il y aura alors une nouvelle phase » termine le premier ministre qui livrera un bilan à la fin du mois de mai.

A aucun moment, il n’aura évoqué un éventuel plan de reconfinement, pensé par Monsieur déconfinement, Jean Castex. Interpellé à ce sujet, il répond qu’il souhaite « l’éviter. »