Education nationale : La réouverture des écoles en trois étapes

Posté dans : Article à la une 0

Ce mardi 21 avril, en visioconférence devant la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée nationale, Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale, confirme les dires du discours gouvernemental  de dimanche soir. A partir du 11 mai, la reprise de l’école sera progressive et étalée sur trois semaines. Les élèves seront en demi-classes.

 

Quatre situations possibles

Avec des classes limitées à 15 élèves, quatre situations seront possibles : des cours en demi-groupe, en présence physique ou à distance, à l’étude si l’établissement le permet, ou en activité sportive dans les communes qui seront en mesure de le proposer à côté de l’école, du collège ou du lycée. Des « marges de souplesse » seront laissées localement.

« Le retour à l’école ne sera pas obligatoire », toutefois, les familles qui feront ce choix devront assurer un enseignement à distance pour leurs enfants. « Un élève ne sera jamais en dehors de l’obligation scolaire. »

 

Retour sur trois semaines

Le gouvernement envisage un retour en classe progressif, étalé sur trois semaines. Les enseignants feront d’abord une pré-rentrée avant d’accueillir les élèves.

A partir du lundi 11 mai, les élèves de grandes sections, CP et CM2 seront les premiers à reprendre le chemin de l’école.

A partir du lundi 18 mai, suivront les collégiens de 6e et 3e, les lycéens de 1e et terminale et les élèves en atelier industriel dans les lycées professionnels.

A partir du 25 mai, l’ensemble des classes pourra reprendre les cours.

 

Dispositif école ouverte

Le dispositif école ouverte sera renforcé afin de permettre dans les établissements qui resteront ouverts cet été de proposer des activités ludiques et sportives. Il est aussi prévu d’organiser des « modules de soutien scolaire pendant les vacances, notamment la dernière semaine d’août. » Des colonies de vacances régionales devraient aussi être proposées en plus grand nombre.

 

Garantie de la sécurité sanitaire

Condition sine qua none à la réouverture: la garantie de la sécurité sanitaire, sans quoi « les établissements ne pourront pas rouvrir. » Jean-Michel Blanquer imagine également que le confinement soit maintenu dans les régions les plus touchées.