Discours d’E.Philippe et O. Véran du 19 avril: “Il va falloir apprendre à vivre avec le virus”

Posté dans : Article à la une 0

L’intervention télévisée et filmée en direct de l’hôtel de Matignon devait durer une heure. Edouard Philippe, premier ministre et Olivier Véran, ministre de la santé, ont finalement parlé le double de ce temps. Les grandes lignes du déconfinement sont donc amorcées, même si comme à chacune des interventions du gouvernement, les détails ne viendront qu’après. En attendant, “il va falloir apprendre à vivre avec le virus”.

Olivier Véran insiste tout d’abord sur le fait de retourner consulter les généralistes et spécialistes qui observent une baisse d’activité (moins 40 % pour la médecine généraliste et moins 60 % pour les collègues spécialistes). Les dépistages de cancers et les vaccins pour les enfants sont également en chute libre.

 

Ce que l’on sait du virus

Edouard Philippe fait ensuite intervenir Laurence Ader, infectiologue à l’hôpital de la Croix rousse à Lyon, à propos des travaux de recherche menés par la France. Elle-même participe à l’essai français Discovery. Ce que l’on sait “depuis moins de 4 mois” du Covid 19, ce sont “sa structure, son génome, son récepteur d’attachement, les descriptions cliniques, la chronologie de la maladie et la réponse du système immunitaire.”

Ce que l’on ne sait pas

Malgré 860 études menées dans le monde sur le virus, dont 30 en France sur 1 600 patients, il reste encore beaucoup à savoir sur le Covid 19, comme la disparité homme-femme, la détermination des formes graves, l’impact sur l’enfant (moins touché que l’adulte) et enfin, la maladie est-elle immunisante.

 

Les vaccins

Pour l’heure, dans le monde, il existe 150 vaccins candidats, 20 au stade avancé et 5 essais chez l’homme. En France, l’Institut Pasteur avance un vaccin candidat. “L’essai chez l’homme débutera cet été.” Le premier vaccin ne devrait pas voir le jour au moins avant 2021.

 

L’économie en chute libre

Avec – 8% de croissance en 2020, ” ce sera la plus forte récession depuis 1945 et le choc économique sera mondial” annonce le premier ministre qui s’appuie sur des chiffres catastrophiques.

Depuis le confinement, l’activité économique a chuté de 36%, l’industrie de 43 %, la construction de 88 % et la restauration-hôtellerie est quasi en cessation d’activité avec une chute brutale de 90 % de son activité. La veille, Gérald Darmanin, le ministre des comptes publics, avait confirmé “la perte de 20 points de dette en trois mois.”

L’objectif du gouvernement est donc de “sauvegarder aujourd’hui pour relancer demain“. Vaste programme.

 

Les instruments mis en place

En cette veille de 6e semaine de confinement, 9 millions de salariés (soit 1 sur 2) et 700 000 entreprises sont en chômage partiel, ce qui représente un budget de 24 milliards d’euros.

130 000 entreprises ont sollicité un prêt garanti par l’Etat. Le budget alloué est de 300 Md d’euros.

Le fonds de solidarité a déjà enregistré un million de demandes. Aux 7 Md d’euros alloués, doivent s’ajouter “400 millions des assurances et 500 millions des Régions.”

Olivier Véran annonce également les mises en place de nouvelles mesures d’urgence sociale: “la prolongation des prestations sociales, et une aide de solidarité versée au 15 mai prochain à 4 millions de foyers, allocataires du RSA et de l’ASS“.

Par ailleurs, l’hébergement d’urgence bénéficiera de 17 000 places supplémentaires et 64 000 SDF seront aidés pour les biens de première nécessité.

 

Le déconfinement ou plutôt “la phase suivante”

Ne pas crier victoire, tel est le message de l’Etat ce dimanche soir. A l’heure où un relatif relâchement est observé, Edouard Philippe préfère parler de la “phase suivante” que de déconfinement. Il avance deux principes: préserver la santé et assurer la continuité de la vie de la nation (produire de l’économie, de l’énergie, faire circuler les transports, rouvrir les écoles….). Les conditions sont de limiter et « maîtriser la circulation du virus et rétablir la capacité d’accueil des hôpitaux. C’est seulement après que le chemin du déconfinement pourra être envisagé.”

 

Apprendre à vivre avec le virus

Le R zéro (taux de reproduction du virus) permet de connaître le nombre de cas infectés par une personne contagieuse. Au 11 mai, « ce R zéro doit être égal ou inférieur à 1 » ose espérer le gouvernement. Avec une estimation de 2 à 6 millions de Français contaminés par le Covid 19, cela veut dire qu’à peine 10 % de la population française est immunisée…” Il va donc falloir apprendre à vivre avec le virus” confirme Edouard Philippe. Et se préparer à une deuxième vague.

 

Une prévention déterminante

S’appuyant sur le fait qu’il n’existe pas “de traitement efficace connu actuellement“, l’Etat promet une prévention déterminante qui reposera sur les gestes barrières avec le masque grand public en complément, l’utilisation massive de tests pour casser l’échelle de transmission, ainsi que la mise en isolement des porteurs de virus, “à domicile ou à l’hôtel, avec un suivi médical.”

 

Les masques et les tests

Olivier Véran promet au 11 mai “la production sur le sol national de 17 millions de masques grand public par semaine, plus une importation de plusieurs dizaines de millions de masques.” La plupart seront lavables 20 à 30 fois, la distribution est envisagée via les mairies, “voire la grande distribution.” Dans les transports, le masque deviendra probablement obligatoire.

Les tests sérologiques (ai-je déjà été en présence du virus ?) sont en cours d’évaluation, un déploiement sélectif est envisagé car il reste toujours un doute sur leur efficacité.

Les tests viraux qui permettent de savoir si une personne est infectée, sont utilisés à raison de 150 000 par semaine en ce moment; au 11 mai, ce seront 500 000 à destination des personnes symptomatiques. Des équipes mobiles seront déployées sur tout le territoire, ainsi que l’appli Stop Covid sur la base du volontariat.

 

Une reprise progressive

Entreprises: Les salariés en télétravail devront le rester dans la mesure du possible. Sinon, les entreprises devront s’assurer de mettre en œuvre la distanciation sociale et les gestes barrières.

Commerces: La réouverture progressive est en route sauf pour les cafés, restaurants qui devront rester portes closes après le 11 mai.

Ecoles: Là aussi, une réouverture progressive est annoncée. Pour 5 à 10 % des élèves, le lien avec l’établissement scolaire est rompu depuis le confinement. Edouard Philippe émet l’hypothèse de rouvrir les portes des écoles, collèges et lycées « dans les territoires les moins touchés, ou par moitié de classe, en alternance, une semaine sur deux. »

Public vulnérable: Le gouvernement en appelle à “la responsabilisation individuelle de chacun.e.” Ce qui veut dire que les recommandations du confinement demeurent, mais selon le principe de responsabilité. Il n’y aura donc pas après le 11 mai d’obligation pour les plus de 70 ans de rester à la maison.

EHPAD: Depuis ce 20 avril, à la demande des familles et des résidents, les visites peuvent reprendre de façon très encadrée dans les EHPAD, c’est à dire sans se toucher. Le jour même, certains établissements annonçaient qu’ils resteraient fermés.

 

Elections et vacances

Interrogé sur la date du second tour des élections municipales, E.Philippe reste prudent: “il est trop tôt pour le dire, nous ferons des propositions le 23 mai prochain.”

Quant à l’organisation des vacances et cérémonies de type mariages cet été, le gouvernement estime que “ce n’est pas raisonnable” d’organiser des rassemblements où se retrouveront des centaines de personnes, ou d’envisager de partir à l’étranger.

 

Tous acteurs

Nous allons tous être acteurs du plan de déconfinement” insiste-t-il. Un plan sera présenté fin avril et le débat parlementaire suivra début mai. Au cœur du dispositif, se trouvera “le couple maire-préfet “pour les choix d’isolement, les tests, la logistique de distribution de masques…

 

Au bout de ces deux heures de discussion fleuve, tous les Français auront compris que nous ne sommes vraiment pas sortis de l’auberge !